Quelques techniques de Yoga

ksenia-makagonova-qgigPIt5JiE-unsplash.jpg
 
 

Les bandha

Verrou – lien – conduite de l’énergie

Les bandha sont définis comme des contractions musculaires localisées dans certaines parties du corps qui conduisent, lient et verrouillent le mouvement-énergie.
Les bandha appartiennent au corps subtil (souffle : prana) et permettent de réguler et contrôler l’énergie.
Les bandha ont 3 fonctions : 1 – Sceller le souffle, l ‘énergie, dans un lieu pour pouvoir la rediriger et éviter sa dispersion ; 2 – Protéger le corps dans les suspensions « plein et vide » ; 3 – Redresser la colonne vertébrale qui devient « colonne de vie ».
3 bandhas : 1 – mulabhanda : sert à fermer le bas ; 2 – uddiyâna bandha : sert à faire remonter l’énergie et la sceller dans la colonne de vie ; 3 – jâlandhara bandha : sert à fermer le haut.


Les mudra

Sceau – signe - geste

Les mudra sont des postures du corps (membres, mains, yeux) qui nous permettent de sceller notre relation intime avec l’énergie-conscience et la connaissance que nous avons de la véritable nature profonde de notre être.
Il s’agit de postures dans lesquelles nous indiquons quelque chose, nous manifestons le détournement de notre comportement habituel afin de retourner vers la source qui est en nous.
La pratique des mudra inclut toujours le corps et l’esprit.
Centrale dans le hatha yoga, elle nous révèle que notre essence même, c’est la force vivante qui est en nous, et non pas notre enveloppe extérieure éphémère.


Les mantra

Les mantra sont des syllabes sacrées qui dans leur répétition (jaja) vont agir sur le plan physique (détente), mental (concentration, canalisation) mais également sur les plans subtils et notamment sur le plan de l’énergie (grâce au souffle).
L’aspect vibrant du mantra calme le mental, le rend plus lumineux, développe la conscience-énergie.
La pratique du son nous entraîne au-delà du mental car le son c’est la vibration (OM vibration primordiale).
La pureté de l’intention, l’ouverture et la disponibilité, et l’écoute des sons en soi et autour de soi, depuis l’espace du cœur, va accentuer les bienfaits des mantra.


Le mantra OM - AUM

Il est la source de tous les mantra et de toute énergie.
Il est maha bindu, le grand point, la relation d’amour entre les 2 grands principes opposés de l’univers. Là, il est le non manifesté.
Puis vient le 1er son, la vibration initiale qui a mis en route la création, l’essence du son shabda : OM représente cette essence ;
OM est une trinité (triguna, énergie triple) et est issu de l’éther âkâsha : espace, ciel, vide, milieu initial du cosmos.
Concentré du monde déployé, il est le véhicule du suprême personnifié.

YSP 1-27
« tasya vâcakah pranavah », « ce qui Le désigne est OM »

Le silence qui suit le OM symbolise l’origine muette du monde (avant l’acte vibratoire créateur) appelée aksara « l’impérissable » ou Brahman, l’absolu.
La récitation du OM nous offre la réflexion nécessaire pour comprendre la réalité des choses et sa propre réalité.

YSP :

27 - « Le son qui le représente et le désigne est le AUM mais peut varier selon les cultures. »
28 - « La pratique répétée de ce son en toute conscience vous permet d’appréhender ce principe dans sa nature profonde. »
29 - « Ainsi, la conscience qui est habituellement reliée avec l’extérieur par le biais des sens, s’intériorise-t-elle vers le centre de votre être et toutes les difficultés s’évanouissent »

Sa récitation va permettre à la conscience de s’élever, de se mouvoir, de pénétrer dans la conscience absolue de l’espace, et de percevoir notre nature fondamentale, universelle et infinie.
A ce moment-là, la vibration corporelle endormie, le son non frappé, peut s’éveiller au niveau du cœur, ciel intérieur, où se tient l’essence individuelle ; le corps semble alors vibrer en rythme avec le monde.


La Gayatri mantra 

Oṃ bhūr bhuvaḥ svaḥ
tát savitúr váreṇyaṃ
bhárgo devásya dhīmahi
dhíyo yó naḥ prachodáyāt

Le mantra de la Gāyatrī est le mantra le plus sacré des veda (recueil des textes sacrés les plus anciens de l’humanité, livres de sagesse universelle et éternelle formant la base de la vie spirituelle de l’humanité).
Il est un des plus vieux mantra de cette planète. Ses origines sont inconnues.
La gayatri mantra est un hymne de 24 syllabes, tiré du Rig Veda (III, 62, 10).
Il est dit que la sagesse est contenue à l’intérieur de ses puissantes syllabes sanskrites.
Durant l’énonciation des syllabes, des vibrations, ainsi que des longueurs d’onde d’une fréquence différente sont produites. On observe certains bienfaits physiques, comme par exemple une accalmie du système nerveux et un chargement d’électrons dans le champ énergétique du corps. À la longue, il se créé chez la personne qui le pratique, une subtile transformation de la conscience, par un processus d’éveil puissant.
C’est en fait une invocation au soleil, qui peut se faire lors du lever et du coucher de cette étoile ;
C’est aussi une métaphore pour invoquer l’Existence qui illumine nos consciences quotidiennement.
C’est un mantra d’illumination, dont il existe de multiples traductions.
On dit que le sens réel reste une énigme, bien que les mots soient en apparence transparents. Les termes sanskrits permettent en effet d’orienter la traduction vers des niveaux différents de compréhension.

Approche de traduction :

  • OM : Le son primordial, à l’origine de la Création.

  • BHUR : La terre, ce qui est grossier, le plan physique

  • BHUVAH : L’atmosphère, l’éther, le monde subtil, l’énergie

  • SVAHA : Le ciel, le monde au-delà de Bhuvah, le monde causal

  • TAT : « Cela » qui qualifie l’Ultime Réalité qui ne peut être décrite.

  • SAVITUR : Représentation du divin SAVITRI, le pouvoir vivifiant contenu au sein du soleil.

  • VARENYAM : Adorer.

  • BHARGO : Rayonnement, lustre, illumination.

  • DEVASYA : La splendeur divine ou la Grâce.

  • DHIYO : Les pensées, suggère plutôt les fruits de la conscience.

  • DHIMAHI : La vénération ou méditation sur le Seigneur.

  • DHIYO : La conscience.

« Reconnectons nos 3 corps de base (physique, énergétique, mental) avec les plans correspondants de l’Univers ; puisse l’énergie du soleil éveiller en nous l’énergie du Suprême [dont elle est le reflet] ; nous invitons par la méditation cette splendeur rayonnante à nous diviniser jusqu’à l’Intelligence divine, la pleine illumination ». Sri Tathâta, sage indien